Expertise
Un vent de colère anti-éolien sur Twitter

Thierry Herrant
Consultant - Enseignant en communication publique à Sciences Po Paris

@thierryherrant

Nous accueillons cette semaine, sur le blog de Visibrain, Thierry Herrant, consultant et enseignant en communication publique à Sciences Po Paris, afin de décrypter les récentes actualités qui ont propulsé le sujet éolien au coeur du débat sur Twitter.

Dérèglement climatique et transition énergétique obligent, les sujets environnementaux n’ont jamais été aussi présents dans le débat public. C’est le cas des énergies renouvelables. Celles-ci doivent faire l’objet d’une forte accélération d’ici 2030, les pouvoirs publics souhaitant qu’elles représentent 40% du mix énergétique français. En première ligne, l’éolien. Celui-ci connait en effet en France une situation paradoxale : alors que notre pays est le moins densément peuplé d’Europe et qu’il possède l’une des plus grandes façades maritimes au monde, l’éolien - sur terre ou offshore – peine à trouver sa place. Le retard à combler va par conséquent demander un effort d’implantation important, à une condition toutefois : il faudra que l’acceptabilité par l’opinion soit au rendez-vous.

Or, de ce point de vue, si l’on observe la période récente, les choses ne bougent pas vraiment dans le bon sens.

Bien entendu, comme le rappelle Chantal Jouanno, présidente de la CNDP (1) dans Les Echos le 9 juin, les oppositions locales aux éoliennes sont loin d’être nouvelles : « Les débats publics, notamment lorsqu’il s’agit de projets avec des impacts paysagers, ont toujours été assez tendus, que ce soit en mer ou sur terre ». Bien entendu, les études d’opinion font état d’un large plébiscite pour l’éolien : 76% des Français ont une perception positive des parcs éoliens… Ce chiffre est identique (76%) chez les habitants des communes situées à moins de 5 kilomètres d’un parc éolien (« riverains »). Une très large majorité de Français se déclare prête à accueillir un parc éolien : 68% d’entre eux, soit près de 7 Français sur 10, déclarent que l’installation d’éoliennes près de chez eux serait une bonne chose. (2)

Les éoliennes sur Twitter Phase 1 : du 3 au 25 mai 2021

Les éoliennes phase 1 : de nombreuses représentations et oppositions sur les réseaux sociaux

Il faut d’abord souligner que l’existence d’un projet éolien dans un territoire rural est quasiment toujours sujette à controverse. Les arguments mis en avant par les opposants à l’éolien sont principalement la crainte de nuisances paysagères, sonores et sanitaires et dans une moindre mesure, la baisse de la valeur du patrimoine immobilier. Or, avec les élections régionales, on voit monter fortement ce sujet à l’agenda politique, porté principalement par les partis de droite et d’extrême-droite, qui en ont fait une thématique de campagne.

timeline phase 1 - éoliennes

Phase 1 : un champ lexical autour du sujet « éoliennes » qui oppose ruraux et citadins

Sur le mois de mai 2021 par exemple, on a vu progressivement s’installer un discours d’opposition aux éoliennes, très négatif, porté par des personnalités politiques mettant en avant un discours très clivant, opposant deux visions binaires du monde : les ruraux impactés contre les « bobos » des villes, les petits agriculteurs ou pêcheurs contre le « big business » de l’éolien, les progressistes autoritaires contre les enracinés des territoires défenseurs de l’identité française… Des représentations et des oppositions assez largement relayées dans la presse locale et nationale, mais aussi par des comptes n’affichant pas nécessairement une sympathie identifiable pour les personnalités politiques en pointe sur ces sujets. Certaines contestations locales, comme le site Natura 2000 de l’estuaire de la Gironde, affichent un large soutien (15000 signataires sur change.org). Ce discours d’opposition aux éoliennes occupe tout l’espace, les discours de riposte pro-éolien sont inexistants.

nuage mots clés phase 1 - éoliennes

Nuages d’expressions et de mots clés les plus relayés sur les éoliennes – phase 1

Phase 1 : revue de presse digitale, triée par impact sur le sujet des éoliennes

revue de presse phase 1 - éoliennes

Phase 1 : tweets triés par impact sur le sujet des éoliennes

top tweets phase 1 - éoliennes

Les éoliennes sur Twitter Phase 2 : du 25 mai au 10 juin 2021

Les éoliennes phase 2 : une contestation qui se cristallise et monte en puissance

C’est entre le 24 mai et le 10 juin que la contestation des éoliennes, qui n’était jusqu’ici qu’un bruit de fond, va considérablement monter en puissance. Le volume des messages est multiplié par trois : près de 73 000 messages sont émis par 25 000 utilisateurs uniques. Sur une période aussi courte et sur un sujet aussi complexe, ce n’est pas rien.

timeline phase 2 - éoliennes

A cette brusque montée de fièvre anti-éoliennes, plusieurs explications : il y a d’abord la mort d’Angèle, gypaète barbu réintroduit dans la Drôme, tué par une éolienne. Sur un sujet où les symboles comptent, cette mort accidentelle est considérée comme une atteinte grave à la biodiversité et à la protection des oiseaux. La mort violente des oiseaux est un sujet récurrent dans l’argumentaire anti-éolien, même si au bilan les chiffres sont peu élevés, selon plusieurs sources.

Mais c’est surtout une tribune et un documentaire qui mettent le feu aux poudres.
Il y a d’abord la tribune de Stéphane Bern, publiée le 29 mai dans Le Figaro. Elle recueille d’emblée un large écho en étant très partagée et viralisée.

revue de presse phase 2 - éoliennes

Compte tenu de son rôle officiel dans la préservation des patrimoines, Stéphane Bern déploie un argumentaire patrimonial classique très orienté sur la défense de l’identité des territoires et la protection des paysages. Mais pas seulement. La tribune, qui dénonce un « diktat éolien » reprend aussi bon nombre d’arguments économiques et technologiques classiques contre les éoliennes : intermittence, lobby des éoliennes, non prise en compte des oppositions locales…

Dans la même tribune, S. Bern annonce aussi la sortie d’un documentaire démontant un à un les arguments sur les bienfaits de l’éolien. Ce documentaire intitulé « Éoliennes : du rêve aux réalités », réalisé par Charles Thimon, est produit par Agorama Studio, société de production créée par deux journalistes du Figaro.

De fait, la construction de ce documentaire n’est pas à classer dans les bréviaires complotistes. Il veut se situer sur un terrain bien particulier : celui de la bataille des idées. Le documentaire, d’une durée de deux heures (durée rare pour un documentaire de ce type) est abondamment argumenté autour du fil conducteur suivant : les Français plébiscitent l’éolien, considéré comme symbole d’écologie et de modernité, parce qu’ils sont mal informés. Tous les thèmes classiques de la critique anti-éolienne sont ainsi convoqués pour décrire une réalité jugée beaucoup moins enthousiasmante et faire la chasse aux idées reçues : la fragilité du modèle industriel de l’éolien (intermittence, pilotage, recyclage…), un modèle économique irrationnel et peu créateur d’emplois, un business juteux au profit des GAFA, des pétroliers et autres constructeurs de l’éolien, des nuisances environnementales et psychologiques, une soumission à l’Allemagne qui nous entraîne avec elle dans son échec en matière de transition énergétique… Le documentaire donne la parole à 14 experts, qui semblent tous être défavorables à l’éolien : Henri Proglio, Loïk Le Floch-Prigent, Antoine Waechter, Jean-marc Jancovici…

Le double effet tribune de Bern et documentaire produit une très forte mobilisation des anti-éoliens sur Twitter, appuyée et viralisée par des personnalités de droite et d’extrême-droite, cette dernière ayant fait de l’anti-éolien un thème des élections régionales des 20 et 27 juin.

Phase 2 : top tweets sur les éoliennes triés par impact

top tweets phase 2 - éoliennes

top tweets phase 2 - éoliennes

Phase 2 : un champ lexical qui évolue et devient de plus en plus négatif

La tonalité des 75000 messages produits est, on s’en doute, très négative (cf. nuage d’expressions ci-dessous).

nuages expressions phase 2 - éoliennes

Nuage d’expressions autour des éoliennes – phase 2

Phase 2 : la colère autour des éoliennes explose et fait l’objet d’une forte reprise médiatique

Cette colère est vite identifiée par les médias qui la relaient abondamment : plus de 1000 reprises médias publiées en deux semaines sur Twitter. Autant dire que l’argumentaire anti-éolien s’est largement propagé au-delà de Twitter.

revue de presse phase 2 - éoliennes

Phase 2 : un argumentaire presque inexistant de la part du camp « pro-éolien » sur Twitter

Une partie du discours pro-éolien, porté par des ONG et par une partie de la gauche, se limite à dire que ce vent de contestation est une manipulation de l’extrême-droite ou de la droite. Résumer ce vent de contestation à cela, c’est d’abord nier le fait que l’éolien suscite de plus en plus d’opposition dans les territoires. Les débats publics en font état : « Il ressort des traitements que 61,2% des personnes qui se sont exprimées lors de ces enquêtes publiques sont défavorables au projet développé sur leur territoire. On constate donc un décalage entre les sondages nationaux sur l’éolien et les résultats des enquêtes publiques sur des projets spécifiques (3) ». C’est aussi prendre le risque de perdre une opinion qui dans sa majorité cherche d’abord à comprendre, en prenant en compte toutes les positions. Mais encore faut-il que ces positions soient présentes et lisibles.

Que la droite et l’extrême-droite se soient appropriées ce thème pour en faire l’instrument de la bataille politique et des idées, c’est un fait incontestable. Rien d’anormal, après tout. Que le discours pro-éoliennes soit absent, c’est plus étrange et plutôt inquiétant pour le débat public, ainsi que pour la mise en place des futures politiques publiques en matière de transition énergétique.

Car à l’évidence, lors de cette courte séquence, on trouve assez peu d’arguments justifiant l’implantation d’éoliennes sur le territoire. On retrouve bien entendu les sites médias, dotés d’une rubrique Vrai/Faux, qui vont faire principalement un travail de fact checking d’une partie des arguments développés dans la tribune de Stéphane Bern et dans le documentaire (principalement pour montrer que les éoliennes ne fonctionnent pas seulement 25% du temps) ou encore le thread d’une responsable énergie d’une ONG (riposte la plus partagée lors de la séquence).

Les politiques pro-éoliens réagiront eux aussi tardivement à l’offensive des « anti » en publiant une tribune le 11 juin, qui s’apparente davantage à un manifeste qu’à une bataille pied à pied pour contrer les arguments des opposants.

Quant au gouvernement (via le Ministère de la Transition écologique), il publie sur son site un vrai/faux détaillé sur l’éolien.

C’est paradoxalement du côté de certains défenseurs du nucléaire que l’on va davantage trouver des arguments structurés en faveur de l’éolien. Le secteur de l’énergie est composé de micro-communautés spécialisées qui peuvent parfois s’opposer, notamment entre les pro-nucléaires et les anti-nucléaires. La communauté pro-nucléaire est composée d’influenceurs présents dans les médias mais très relayés dans leur communauté. Ce sont souvent des ingénieurs produisant des threads très pointus et étayés. Certains de ces comptes ont une position nuancée sur l’éolien, autour de l’argumentaire suivant : la priorité étant de décarboner le mix énergétique français en réduisant les énergies fossiles, la meilleure combinaison énergétique pour ce faire consiste en un mix Eolien/Nucléaire, notamment dans un contexte d’augmentation de la consommation d’électricité.

Cartographie des groupements de comptes sur le sujet éolien

Cette cartographie est une représentation visuelle des comptes Twitter qui s’expriment sur le sujet des éoliennes. Elle permet de mettre en relief les différents groupements de comptes qui échangent et partagent l’information. Plus la taille des noms de ces comptes est grande, plus l’activité qu’ils ont généré ou l’activité autour de ces comptes est importante. D’autre part, plus ils sont proches les uns des autres, plus nous pouvons considérer qu’il y a eu des interactions entre ces comptes.

cartographie phase 2 - éoliennes

La cartographie établie à partir des messages produits entre le 24 mai et le 10 juin montre la présence de cinq groupes distincts, relativement étanches les uns les autres, soulignant ainsi une multiplication et non une coalition des oppositions à l’éolien :

  • En orange, un groupement compact (le caractère compact indiquant de nombreuses interrelations) de comptes d’opposants traditionnels aux éoliennes tels que des associations locales anti-éoliennes
  • En vert, un groupe de comptes autour de la tribune de Stéphane Bern et du Figaro, sous l’angle de la protection du patrimoine et des milieux naturels, avec une présence de personnalités de droite
  • En bleu, un groupe qui réunit de nombreux comptes les plus à droite de l’échiquier politique, le RN notamment, celui-ci ayant fait du combat anti-éoliennes un enjeu local des élections régionales
  • En violet/vert/jaune (partie gauche de la cartographie), autour de comptes médias et de protection des animaux, des comptes concentrés sur la mort accidentelle d’Angèle, le gypaète barbu
  • En rose (en périphérie haute de la cartographie) un groupement très étiré (donc peu structuré) de comptes développant des arguments à connotation positive sur l’éolien

Pour conclure, il est bien évidemment impossible de généraliser, à partir uniquement des données social media, le niveau d’acceptabilité des éoliennes en France. Mais cette séquence reste emblématique en constituant à la fois un révélateur d’une colère et en ayant une forte capacité à infuser dans l’opinion, au-delà de Twitter. Cet événement de dix jours a placé les détracteurs de l’éolien en orbite et leur a permis d’imposer un agenda médiatique et politique anti-éolien. La médiatisation des oppositions et des conflits autour des projets d’implantation a de fait été plus visible au plan national. Les effets politiques sont notables également : le Sénat a voté dans la nuit de jeudi à vendredi 18 juin le principe d’un droit de veto des maires sur l’implantation d’éoliennes sur leurs communes, contre l’avis de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. Le bruit de fond défavorable à l’éolien n’a sans doute pas été totalement étranger à ce vote.

(1) Commission Nationale du Débat Public
(2) Sondage Harris Interactive pour France Energies Eoliennes, novembre 2020
(3) Analyse qualitative de la perception et de l’acceptation sociale d’un parc éolien – ENCIS Environnement

Inscrivez-vous à notre newsletter