Badbuzz
Crise Lafarge : comment internet porte l’affaire au parquet de Paris ?

Maïlys Mas-Garrido
Responsable communication

@M_Masga

La rentrée n’est pas toujours évidente, mais elle l’est encore moins lorsqu’elle est accompagnée d’un bad buzz. Lafarge pourra en témoigner… En effet, le cimentier français fait l’objet d’un tollé médiatique depuis le 1er septembre.

Décryptage et analyse de la propagation de la crise Lafarge sur le web.

De quoi est accusé Lafarge ?

L’entreprise française qui produit des matériaux de construction a été accusée de déverser délibérément des particules de ciment et autres matériaux directement dans la Seine. Suite à ses révélations internet porte l’affaire au parquet de Paris.

Il s’agit d’un sujet très sensible : l’écologie et le respect de l’environnement. Sur la Toile, les internautes semblent abasourdis qu’en 2020 il y ait encore, en France, des entreprises qui agissent de la sorte. “Scandale” figure d’ailleurs parmi les mots-clés les plus employés, dans 15% des tweets.

Phase 1 de la crise Lafarge : la presse lance l’alerte

Dans un schéma classique de crise, il s’agit souvent d’un consommateur mécontent ou d’un internaute ayant été témoin d’une scène, qui va alerter sur les actes manqués d’une société. Puis, si l’affaire est suffisamment importante, la presse s’en empare.
Dans l’affaire Lafarge, c’est directement la presse qui alerte d’un acte jugé comme « scandaleux ». En effet, tout commence par la publication d’un article par Europe1.fr.

Badbuzz Lafarge : timeline des prémices

Comme on peut le constater sur la timeline ci-dessus, un pic d’activité s’inscrit le 1er septembre à 6h du matin. Il s’agit du moment où Europe 1 tweete sur le sujet :

Phase 2 : les réseaux sociaux répondent et l’activité normale autour de Lafarge explose

KPIs de la crise Lafarge sur les réseaux sociaux

Depuis le 1er septembre, on compte 34 755 tweets publiés sur Lafarge. Tous concernent l’affaire du ciment dans la Seine.

Pour recontextualiser, et ainsi comprendre si ce volume est important ou non, nous allons le comparer avec « l’activité normale » autour de Lafarge. Il s’agit du nombre de posts publiés hors temps de crise sur la société.

Badbuzz Lafarge : timeline

Alors qu’en temps normal on compte en moyenne 207 posts publiés par jour sur Lafarge, suite aux révélations d’Europe1, cette activité passe à plus de 11 300 publications, soit 54 fois plus de posts par jour. L’activité normale est nettement dépassée.

Phase 3 : le bad buzz Lafarge explose et cristallise l’indignation

En moins de quelques heures, l’affaire a fait le tour du web. Les médias ont repris l’info, tout comme les internautes.

Badbuzz Lafarge : revue de presse

Les actes de la société semblent suffisamment choquants pour rallier plus de 20 600 personnes, comme nous l’avons vu plus haut, et pour engendrer 390 articles.

On note une certaine gravité dans le champ lexical employé, qui est caractéristique d’un bad buzz écologique : « pollution environnementale », « scandale », « délit », « ensauvagement » …

Badbuzz Lafarge : nuage de mots-clés

Phase 4 : la sphère politique propulse la crise Lafarge

Crise Lafarge : une forte représentation de la France Insoumise

L’affaire Lafarge a subi une forte reprise politique, notamment de la part de La France Insoumise. De nombreux représentants du parti politique se sont exprimés sur le scandale Lafarge. Parmi eux, nous retrouvons, l’élue du 20e arrondissement de Paris, Danielle Simmonet.

Cette dernière, s’inquiétait déjà en avril 2019 de l’ampleur du dégât écologique, et possiblement sanitaire, du renouvellement de la concession Lafarge sur le port de Javel.

Parmi les utilisateurs ayant généré le plus de partages sur leurs posts au sujet de Lafarge, nous retrouvons :

Badbuzz Lafarge : top users les plus influents

Les écolos et le parti EELV se mobilisent pour tweeter en masse

Ils figurent parmi les internautes qui ont le plus publiés sur l’affaire Lafarge. En effet, c’est un sujet qui touche directement les écologistes, qu’ils soient engagés politiquement ou non.

Badbuzz Lafarge : top users écolo

Cartographie d’influence des communautés qui s’expriment sur la crise Lafarge

La cartographie d’influence de la crise Lafarge, permet d’identifier les différentes communautés qui se sont exprimées et leurs connexions.

Cartographie des communautés d'influence crise Lafarge

Ainsi, nous retrouvons :

  • En vert, la France Insoumise, regroupée autour des posts de Danielle Simonnet

  • Margaux Baralon (à gauche), journaliste chez Europe 1, qui est l’utilisatrice qui génère le plus d’interactions (avec notamment plus de 6 000 RT)

  • En bleu (en bas à droite), la communauté d’Europe Écologie Les Verts

Ce décryptage vous a plu ? Retrouvez-en davantage en vous inscrivant à notre Newsletter

Ce champ n'est pas valide
Merci ! Nous vous contacterons dans les plus brefs délais.