NOUVEAU - RSE & réseaux sociaux : téléchargez le rapport 2023

Badbuzz
Boeing au cœur de la tourmente sur les réseaux sociaux : analyse de la crise

Marie Guyomarc’h
Chargée de communication

@MarieGuyomarch3

Le ciel s’assombrit pour le constructeur américain Boeing en ce début d’année 2024. L’incident d’Alaska Airlines et de sa porte décrochée en plein air place l’avionneur dans une situation de crise.

Visibrain, la plateforme de social listening, analyse le bad buzz autour du constructeur aérien vu par les réseaux sociaux.

Le Boeing 737 Max d’Alaska Airlines perd son panneau de fuselage en plein vol, naissance immédiate de la crise sur les réseaux sociaux

La série noire se poursuit pour le constructeur Boeing sur son modèle 737 Max. Tout commence le 6 janvier lorsqu’un avion 737 Max de la compagnie Alaska Airlines perd sa porte en plein vol près de Portland, aux États-Unis.

Cette actualité fait rapidement le tour sur X / Twitter. L’activité autour de Boeing augmente en l’espace de quelques heures : 233 999 messages sont publiés depuis le 5 janvier, soit 7 fois plus qu’en temps normal.

timeline

L’onde de choc de l’incident, puis le temps des révélations après les vérifications des Boeing 737 Max

Sans attendre, un premier pic d’activité survient le jour même, le 6 janvier où 7 723 messages sont publiés à 19h00, suite à l’annonce de cet incident comme nous pouvons le voir ci-dessus sur la timeline des posts.

L’affaire reste commentée, et repart de plus belle avec les révélations d’United Airlines et d’Alaska Airlines qui officialisent avoir trouvé des boulons mal vissés lors de vérifications (7 022 messages le 9 janvier à 22h00).

Dans un premier temps, les expressions propres au monde aérien tels que « fuselage » et « hublot » gagnent du terrain sur X / Twitter où elles figurent parmi les plus utilisées (en bleu marine dans le nuage de mots ci-dessous).

Dans un second temps, les tweets à propos des vérifications des compagnies aériennes bouleversent la Twittosphère où les expressions telles que « vérifications », « enquête » ou encore « inspections » arrivent en tête (en bleu ciel dans le nuage).

expressions

Les réponses de la compagnie aérienne et du constructeur sur X / Twitter

La réactivité d’Alaska Airlines sur X / Twitter

Très rapidement, la compagnie aérienne Alaska Airlines a utilisé X / Twitter pour communiquer à propos de l’incident sur son vol #AS1282 :

La compagnie aérienne a accentué son rythme de publications sur X / Twitter durant les heures et jours qui ont suivi l’incident. Ces tweets figurent parmi les plus retweetés, à l’image du premier post annonçant l’incident (207 retweets), du second avec une communication officielle de la part d’Alaska Airlines (245 retweets) puis de l’annonce de l’inspection des avions (199 retweets).

alaska

Boeing utilise également X / Twitter pour communiquer sur l’incident

Du côté du constructeur, Boeing utilise immédiatement X / Twitter pour informer sa communauté de l’incident :

Boeing a tenu à rappeler l’importance de la sécurité par le biais d’un autre tweet publié le même jour, générant 1,4 million de vues :

La presse française et internationale s’empare de l’actualité de Boeing

Ce n’est pas moins de 623 articles de presse qui sont dès lors publiés sur l’affaire et relayés sur X / Twitter. Les médias spécialisés dans l’aviation comme les médias généralistes s’emparent de l’affaire. L’article de The Air Current sur les inspections de United Airlines arrive en tête générant 159 partages. Les médias français tels que Les Echos, Le Parisien ou Challenges s’illustrent également dans cette revue de presse.

presse

Sélection des tweets sur la polémique Boeing

Bandeau whatsup