GESTION DE CRISE - Votre template de note de veille personnalisable

Expertise
Coup de chaud sur Twitter : retour sur la canicule de juin

Thierry Herrant
Consultant - Enseignant en communication publique à Sciences Po Paris

@thierryherrant

Nous retrouvons cette semaine, sur le blog de Visibrain, Thierry Herrant, consultant et enseignant en communication publique à Sciences Po Paris, pour un décryptage de la canicule vue par Twitter.

Entre le 15 et le 19 juin dernier, une vague de chaleur particulièrement forte s’est abattue sur la France, n’épargnant que très peu de régions. Cet événement climatique précoce a naturellement fait aussi chauffer Twitter, avec près de 535 000 messages mentionnant le mot canicule en quatre jours.

timeline canicule

Santé publique, écologie, vie quotidienne… Quels sujets s’imposent sur Twitter lorsque l’on parle de canicule ?

Un thème aussi spécifique que la canicule ouvre, dans un pays au climat tempéré, de nombreux champs d’expression possibles : vie quotidienne, activité économique, santé publique, écologie ou encore lutte contre le dérèglement climatique.

Tous ces sujets n’apparaissent d’ailleurs pas de manière linéaire durant les quatre jours.

Ainsi, on constate que les sujets pédagogiques ou militants associés au dérèglement climatique sont davantage présents les premiers jours, comme en témoignent les expressions les plus partagées du 15 au 16 juin :

top expressions 1

Mais plus les grosses chaleurs s’intensifient (avec un pic le 18/06), plus les messages se focalisent sur la façon dont elles affectent le quotidien et sur comment se protéger. La sensibilisation aux enjeux climatiques passe ainsi rapidement au second plan des préoccupations, puis le retour à la normale incite chacun à passer très vite à autre chose. D’où peut-être aussi le travail de Sisyphe à accomplir pour les pédagogues du changement climatique.

Top expressions le 18 juin :

top expressions 2

Quand la température dépasse les 40°C, l’ambiance n’est pas au second degré sur Twitter

Quelques commentateurs et médias ont souligné que les contenus sur cette vague de chaleur étaient trop souvent associés à des images de farniente, de bronzage ou autres scènes de plage, témoignant ainsi d’une certaine légèreté à l’égard d’un événement avant tout inquiétant.

Sur Twitter, que certains considèrent comme le réseau social de « la France qui ricane », l’ambiance générale n’était pourtant pas à la frivolité. Une simple lecture des émojis associés aux 535K messages montre qu’on était davantage dans l’alerte, l’inquiétude et la prévention (l’émoji « joy » étant associé aux tweets moquant le président de la fédération des chasseurs pour un tweet reliant canicules et législatives).

top emojis

Canicule sur Twitter : cartographie des communautés d’influence

Aussi, pour mieux appréhender les différents angles de prise de parole associés à cette canicule, nous avons réalisé une cartographie des communautés qui se sont exprimées sur le sujet entre le 15 et le 19 juin.

cartographie

Ce travail détaillé livre quelques résultats surprenants :

  • La zone bleue constitue une zone plus politique (nous sommes à la veille du second tour des législatives).

On se situe ici dans le registre de l’alerte et de la mise en perspective : la canicule est considérée comme le signe évident d’une intensification de la crise climatique, de la nécessité d’agir et de l’insuffisante mobilisation du gouvernement. C’est une communauté, souvent de gauche, très engagée sur ces sujets. On retrouve ici les thèmes de mobilisation classique autour du dérèglement climatique :

tweets dereglement climatique

Aux côtés des messages écologiques liés au dérèglement climatique, on trouve aussi ceux associés aux conditions de travail. Les deux tweets les plus partagés durant toute la durée de la canicule concernent directement ces thématiques :

tweets les plus partages

On notera enfin, proche de cette zone bleue, une présence très forte de la Croix-Rouge. Cette présence montre que les questions identitaires restent toujours sous-jacentes sur Twitter, quel que soit le sujet. Là, il a fallu d’une illustration d’un message de prévention montrant une femme voilée pour mettre le feu aux poudres et générer de nombreux commentaires indignés.

Dans la même veine, le contenu le plus partagé au cours de cette vague de chaleur est un article du Parisien (en date du 18/06) traitant de l’interdiction du burkini dans les piscines des Yvelines.

  • Juste à côté, dans la cartographie, une zone verte. La vraie surprise se situe ici. Très étendue, cet ensemble de messages réunit une communauté de « climato-libertariens »

Selon eux, si l’on résume, « on en fait trop avec cette canicule » : les médias en font trop, les citoyens timorés et moutonniers en font trop, les pouvoirs publics en font trop.

On y trouve des climato-sceptiques, qui considèrent que « les périodes de fortes chaleurs en mars avril ou mai ou juin sont régulières et normales ». Pour d’autres, libertariens, défenseurs acharnés des libertés individuelles, ces mesures restrictives de prévention qui accompagnent la canicule sont inacceptables. Ceux-là dénoncent des pouvoirs publics jugés trop protecteurs, coercitifs et liberticides avec la santé des Français. Les passerelles avec le mouvement antivax, anti-pass sont nombreuses. Avec toujours en toile de fond une critique ancienne et récurrente d’un « État-nounou », trop protecteur et infantilisant.

La défiance envers le gouvernement et les médias est ainsi toujours latente. La canicule ne serait qu’une manière de détourner les Français des vrais problèmes : « Ils vous parlent de #canicule pour ne pas vous parler du gasoil à 2€30 ». Les théories complotistes ne sont jamais bien loin. Ces communautés, qui ont prospéré avec la crise sanitaire, réapparaissent dès lors que semblent mises en place pour des raisons inutiles des mesures de restriction des libertés.

  • Les zones du bas de la cartographie constituent l’ensemble le plus vaste. Ce sont les zones de « la canicule vécue au quotidien »

Les organismes publics ou les services météorologiques comme VigiMétéoFrance (représentés sur la cartographie par des points marrons), font office de boussole et fournissent des informations pratiques sur l’évolution de la vague de chaleur, qui sont largement partagées heure par heure. On y trouve aussi des explications pédagogiques et des conseils de particuliers, de médias (France Info et BFM sont les plus partagés), pour se prémunir de la chaleur, avec une attention particulière pour les personnes à risques. Entre le 15 et le 19 juin, plus de 7 000 articles sont diffusés sur le sujet.

Dans ce genre de situation, on voit aussi proliférer des threads sur des angles variés (cf. ci-dessous) qui font jouer à Twitter un rôle pédagogique de premier ordre.

Quelques threads parmi les plus partagés :

threads canicule

  • Enfin, en bas à droite de la cartographie, on trouve une zone mauve, avec des conseils relatifs au bien-être animal, avec une forte présence du Parti Animaliste, législatives obligent

tweets canicule et animaux

Twitter, un outil puissant de mobilisation, y compris en période de canicule

Sur Twitter, cet épisode caniculaire inédit pour un mois de juin concentre toutes les qualités d’un réseau social souvent décrié pour ses excès : fonction pédagogique, information en temps réel, outil-support des lanceurs d’alerte.

Twitter constituant aussi un puissant outil de mobilisation, force est de constater que les rétifs aux politiques publiques (santé, transition écologique) associées au réchauffement climatique constituent une communauté non négligeable, les climato-sceptiques ayant muté en quelque sorte en « climato-libertariens ».

Bandeau whatsup